Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
federation anarchiste 25.over-blog.com
Site d'informations anarchistes de Besançon et d'ailleurs.

Manifestation samedi 4 mars

fédération anarchiste25 #appel
Contre les rafles, l'enfermement,
le contrôle et le flicage.
Refusons leurs politiques inhumaines
de tri, d'isolement et d'expulsion !

Manifestation samedi 4 mars - 17h - Place de la Révolution


Appel à manifester le 4 mars contre toutes les frontières

Si des êtres humains fuient leurs pays d'origine pour se retrouver sur les routes de l'exil,puis aux frontières et dans les rues partout en Europe, c'est pour échapper à la misère et à la mort. Bien qu'ils aienttous leurs propres raisons de migrer, c'est rarement par enthousiasme qu'ils se lancent dans
un inconnu dangereux, où ils se retrouvent entre autres confrontés au harcèlement policier et aux galères administratives pour leurs demandes
d'asile.
Depuis la fin de l'été 2016 à Besançon, la préfecture du Doubs se fait remarquer par son harcèlement permanent envers les sans-papiers :
les avis d'expulsion sont distribués à la pelle contre des enfants et leurs familles, comme ce fut le cas à la veille de la rentrée scolaire. En réaction,
des actions de soutien ont été organisées par des personnes solidaires et des opposants aux frontières.
La réponse de la préfecture ne s'est pas fait attendre et, début octobre, les policiers ont perquisitionné le domicile de deux personnes solidaires puis les ont placées en garde-à-vue, en prétextant la parution d'un article dénonçant la politique immonde de Jean-Philippe Setbon, en charge des rafles et expulsions à Besançon : comme en atteste la « palme des déportations » décernée à la préfecture du Doubs par la CIMADE
(organisme humanitaire qui pourtant veille à l'incarcération « humaine » des migrants en attente d'expulsion).
Alors qu'en plein hiver la mairie chasse les migrants en installant des plots
en béton sur des abris de fortune, des personnes solidaires occupent depuis début décembre un appartement de plus 150 m2 vide depuis sept ans, dans lequel est hébergée toute personne à la rue qui le souhaite, avec ou sans-papiers. Au cours du mois de janvier, un deuxième squat a même été ouvert.
En quête d'un contrôle toujours plus renforcé sur la population, l'État en arrive à instaurer le délit de solidarité. Dans la vallée de la Roya (Alpes-Maritimes), de nombreux habitants sont poursuivis par les appareils répressifs de l'État (police, armée, justice) pour avoir hébergé
ou transporté des migrants. La police aux frontières inspecte les trains en direction et en provenance des États limitrophes (Suisse,
Belgique, Angleterre, Italie) pour débusquer celles et ceux qui s'affranchissent des papiers d'identité et des frontières ; l'armée, dont le
champ d'intervention s'élargit sur l'ensemble du territoire national avec les pérennisations de l'état d'urgence et du plan « vigipirate », est
surtout déployée aux frontières (avec l'Italie notamment) pour leur mener la chasse ; à Calais, l'expulsion de la « jungle » a aussi marqué une étape dans le nettoyage ethnique et social de cette ville qui, à en croire les bourgeois locaux, subit un préjudice économique à cause de ces campements sauvages.
Nous en venons au fait : l'argent importe plus que le sort de milliers
d'êtres humains. Ces mêmes humains qui fuient les catastrophes industriels d'AREVA ou de Total dans leurs pays, ainsi que l'exploitation de leurs
ressources et de leur force de travail au profits des pays plus développés.
La boucle est bouclée.
Nous ne voulons plus nous restreindre à faire du cas par cas, à défendre tel jeune étudiant débouté de sa demande d'asile en France ou telle
famille parce que « avec enfant scolarisé ». Nombreux sont les cas semblables inconnus dont beaucoup de monde se fout. Le climat délétère
instauré par les États et leurs frontières mérite une riposte globale de notre part.

C'est pourquoi nous appelons à manifester :

samedi 4 mars 2017 à 14h place de la Révolution

No Border No Nation, Stop Deportation !

https://cntbesancon.wordpress.com/2017/02/26/besancon-4-mars-manif-contre-toutes-les-frontieres/

La véridique histoire du A cerclé

fédération anarchiste25 #notre histoire
La véridique histoire du A cerclé

On le voit partout, mais quelle est donc la véritable histoire du A cerclé?

LE A DANS UN CERCLE est un sigle si répandu, si connu et reconnu qu'on a fini par le prendre pour un symbole traditionnel de l'anarchisme, comme s'il avait existé depuis toujours. La rumeur le fait parfois remonter à la Révolution espagnole: l' oeil des jeunes anarchistes est plus habitué à voir un A cerclé qu'une cible peinte sur le casque d'un milicien. Certains croient qu'il ferait référence à Proudhon, résumant son idée de l'Anarchie dans l'Ordre. En réalité, il s'agit d'un phénomène récent dans l'iconographie libertaire :
le A cerclé a en effet été inventé à Paris en 1964 et réinventé à Milan en 1966.

Deux dates, deux lieux de naissance ? Voyons-y de plus près.
C'est en avril 1964, sur la couverture du bulletin Jeunes Libertaires qu'apparaît le dessin d'un sigle que le groupe JL. de Paris propose "à l'ensemble du mouvement anarchiste" par delà les différents courants et les divers groupes ou organisations. Deux motivations principales nous ont guidés : d'abord faciliter et rendre plus efficace les activités pratiques d'inscriptions et affichages, ensuite assurer une présence plus large du mouvement anarchiste aux yeux des gens, par un caractère commun à toutes les expressions de l'anarchisme dans ses manifestations publiques. Plus précisément, il s'agissait pour nous d'une part de trouver un moyen pratique permettant de réduire au minimum le temps d'inscription en nous évitant d'apposer une signature trop longue sous nos slogans, d'autre part de choisir un sigle suffisamment général pour pouvoir être adopté, utilisé par tous les anarchistes. Le sigle adopté nous a paru répondre le mieux à ces critères. En l'associant constamment au mot anarchiste il finira, par un automatisme mental bien connu, par évoquer tout seul l'idée de l'anarchisme dans l'esprit des gens.
Le sigle proposé est un A majuscule inscrit dans un cercle ; Tomás Ibañez en est l'initiateur, René Darras le réalisateur. D'où vient l'idée, de la simplicité de réalisation (en particulier avec la méthode d'impression par stencils de l'époque !), du sigle antimilitariste déjà répandu du CND (Campaign for Nuclear Disarmament), d'autres inspirations ? L'Alliance ouvrière anarchiste affirme l'avoir utilisé dans sa correspondance dès la fin des années 1950 ; mais il ne figure dans son bulletin qu'à partir de juin 1968.
La proposition des Jeunes Libertaires de 1964 n'a eu aucun succès, hormis quelques graffitis dans les couloirs du métro parisien - n'oublions pas qu'alors on imprimait soit sur stencils, soit en typographie classique, et qu'il aurait donc fallu réaliser un cliché au plomb figurant un A inscrit dans un cercle. En décembre de la même année, le A cerclé apparaît en titre d'un article signé Tomás [Ibañez] dans le journal Action libertaire. Le réseau des Jeunes Libertaires, qui comptait au début des années 60 plusieurs groupes dans toute la France, s'est affaibli : les bulletins régionaux ne paraissent plus et le bulletin parisien sera en sommeil de 1965 à 1967 ; plusieurs " J. L. " seront par la suite aux premiers rangs du mouvement de Mai 68.
Fin du premier chapitre.

Il faut attendre 1966 pour que le symbole du A cerclé soit repris et utilisé, d'abord à titre expérimental puis régulièrement, par la Gioventù libertaria de Milan, qui avait des rapports fraternels avec les jeunes Parisiens. Ces deux groupes ont été à l'origine du Comité européen de liaison des jeunes anarchistes (CLJA). C'est alors que commence la vie publique du sigle.
Les premières fois qu'on le voit, c'est justement à Milan, où il sert de signature habituelle aux tracts et aux affiches des jeunes anarchistes, parfois associé au signe antinucléaire et à la pomme des provos hollandais. Puis il s'étend en Italie et dans le monde entier ; mais on n'a presque point vu de A cerclés pendant le mai parisien en 1968, les premières traces n'apparaissent guère qu'en 1972-73. C'est en effet au début des années 70 qu'explose la mode du A cerclé, que s'approprient et qu'imitent les jeunes anars dans le monde. Il connaît un tel succès que, selon un avis autorisé, si son inventeur l'avait breveté il serait milliardaire aujourd'hui. Pourquoi ce succès si rapide, si frappant ? Il est dû aux motifs mêmes qui avaient fait proposer le sigle par les J.L. : d'une part il est extrêmement facile à dessiner, aussi simple que la croix, plus simple que la croix gammée ou la faucille et le marteau ; d'autre part, un mouvement nouveau, jeune, en plein développement, avait appris à écrire sur les murs et se cherchait un signe de reconnaissance. C'est ainsi que le A cerclé s'est imposé de fait, sans qu'aucune organisation ni groupe n'ait jamais songé à en décréter l'utilisation, et en l'absence d'un autre symbole graphique international des anarchistes (qui utilisaient parfois une symbolique désuète, comme la torche en Italie).
Voilà donc la véridique histoire du A cerclé, faite de volonté consciente et de spontanéité : un cocktail typiquement libertaire. Toute autre histoire est légende.

 Amédéo Bertolo, Marianne Enckell

 Pour plus de précisions, nous vous renvoyons au bulletin n° 58 du CIRA
(Centre international de recherches sur l'anarchisme) mars-octobre 2002 d'où est extrait ce texte. CIRA, av. de Beaumont, 24, CH-1012 Lausanne, Suisse. http://www.anarcabolo.ch/cira/ ou cira@plusloin.org
  
Cette histoire a été très régulièrement confirmée par Yves Peyrault membre des jeunes libertaires du groupe Sébastien Faure de Bordeaux dans les années 1960 ...

Le Monde Libertaire n°1307

La véridique histoire du A cerclé
La véridique histoire du A cerclé
La véridique histoire du A cerclé

Le Monde libertaire n°1786

fédération anarchiste25 #le monde libertaire
Le Monde libertaire n°1786 – Dossier « A l’attaque des réacs »

 

En vente dans toutes les bonnes librairies et donc à

La librairie associative l’Autodidacte

5, rue Marulaz 25000 Besançon

Vente à la criée le dimanche matin sur le petit marché de Battant

 

EDITORIAL

On les voit à la télévision, partout sur Internet, dans les bacs des librairies, sur les écrans des cinémas, sur les murs des quartiers, aux grilles des écoles, et même dans les rues où ils défilent fièrement, drapeaux au vent et clamant le retour de l’Ordre, du Roi et le départ des immigrés. Est-ce un retour ? Étaient-ils partis ? Sûrement pas, mais leur voix revient en force : on ne cesse de les entendre, de leur lécher les bottes et de réclamer leur bulletin de vote.

Ce sont les réactionnaires en effet qui aujourd’hui guident le pas du débat politique médiatisé : une marche à reculons qui nous ramène des siècles en arrière. Ce cancer est parvenu à remettre à jour des débats contre lesquels on se pensait vacciné.e.s : peine de mort, IVG, légitime défense… jusqu’à réanimer des valeurs dont tout le monde semble presque avoir oublié l’origine : Travail, Famille, Patrie (et Dieu !). Tout le monde les écoute, à l’affût de la dernière proposition ou formule choc, en moins de 140 caractères, si possible. Contre cette voix immonde, Le Monde Libertaire a cherché ce mois-ci à comprendre les nouveaux discours de la réaction, ses nouvelles faces, pour y opposer toujours une autre voix, la nôtre, celle des libertaires et plus largement de ceux qui, toujours, auront la nausée à l’approche d’un nouvel ordre moral. Macron et la Manif’ pour Tous, Fillon et la colonisation, Le Pen et les fachos : il est temps d’aller mettre un peu de désordre dans toute cette « porcherie » !

Sommaire

 

TERRAINS DE COMBAT

02 Quoi de neuf sur le front syndical 2017 ? Par GUILLAUME GOUTTE

05 Élections TPE, ils n’ont pas voté, et puis après… Par DELGRANADOS

06 La Bombe Par BLAIREAU

08 Face aux violences patriarcales, plus de police, plus de prisons Par MAJÉ

05 (Soutien) La Pétroleuse, nouveau local d’activité sur Caen Par LES GENTIL.LE.S

 ZONES DE CHANTIER

46 Non ! M. le banquier, le paysan n’est pas un « agri-manager » !… (partie 2) (Entretien) Par la CONFÉDÉRATION PAYSANNE

 SECTEURS À EXPLORER

49 De l’art de peindre La ferme des animaux en noir et blanc Par LOUIS JANOVER

54 l’Everest a remplacé la butte Montmartre Par GUY GIRARD

 SANS FRONTIÈRES

56 Fidel Castro et les crimes du militarisme cubain Par LOU MARIN

 Le dossier du mois : 2017 : À L’ATTAQUE DES RÉACS !

12 Le retour « propulsé » de la réaction Par PATRICK SCHINDLER

16 Qu’est-ce que l’extrême-droite ? Par LA HORDE

20 Difficile liberté Par QUENTIN

23 Le retour de la haine anti déviants ? Par UNE B UN G ET UN B

25 Ces « réacs-publicains » qui rêvent de faire école… Par GRÉGORY CHAMBAT

30 La critique sociale subvertie par l’extrême-droite Par PHILIPPE CORCUFF

33 La fabrique du musulman Par JEAN-YVES ET FAB

37 Pages centrales à détacher Par LA HORDE

PORTFOLIO

40 PAR MAHN KLOIX

DOMAINES CULTIVÉS

60 Des statues absentes et des choux ondoyants Par NESTOR POTKINE

63 « présumées coupables » Par HÉLÈNE

66 De l’après-guerre et de la difficulté de se reconstruire Par CHRISTIANE PASSEVANT

69 Petite leçon de cinéma Par FRANCIS GAVELLE

71 Deux films à voir Par CHRISTIANE PASSEVANT

72 Agenda des sorties cinéma Par CHRISTIANE PASSEVANT

ARCHIPEL LIBERTAIRE

73 Bulletin d’abonnement

74 Les groupes de la FA

76 Programme de la radio

Couverture : Agenda militant

Le Monde libertaire n°1786

F. Fillon à Besak

fédération anarchiste25 #appel
F. Fillon à Besak

François Fillon, candidat à l’élection présidentielle, devrait tenir un meeting le 9 mars à Micropolis de Besançon.
On sort les casseroles?

Une adresse à Besançon

fédération anarchiste25 #info

Librairie l’Autodidacte

5, rue Marulaz 25000 Besançon

Tèl : 07 83 39 44 33

 

Heures d’ouverture :

Mercredi de 15h00 à 19h00

Jeudi de 15h00 à l’ouverture de la distribution de l’AMAP

(vers 17h00)

Vendredi de 15h00 à 19h00

Samedi de 15h00 à 19h00

Une adresse à Besançon

Contre les rafles, l'enfermement...

fédération anarchiste25 #appel
Contre les rafles, l'enfermement,
le contrôle et le flicage.
Refusons leurs politiques inhumaines
de tri, d'isolement et d'expulsion !

Manifestation samedi 4 mars - 17h - Place de la Révolution


Appel à manifester le 4 mars contre toutes les frontières

Si des êtres humains fuient leurs pays d'origine pour se retrouver sur les routes de l'exil,puis aux frontières et dans les rues partout en Europe, c'est pour échapper à la misère et à la mort. Bien qu'ils aienttous leurs propres raisons de migrer, c'est rarement par enthousiasme qu'ils se lancent dans
un inconnu dangereux, où ils se retrouvent entre autres confrontés au harcèlement policier et aux galères administratives pour leurs demandes
d'asile.
Depuis la fin de l'été 2016 à Besançon, la préfecture du Doubs se fait remarquer par son harcèlement permanent envers les sans-papiers :
les avis d'expulsion sont distribués à la pelle contre des enfants et leurs familles, comme ce fut le cas à la veille de la rentrée scolaire. En réaction,
des actions de soutien ont été organisées par des personnes solidaires et des opposants aux frontières.
La réponse de la préfecture ne s'est pas fait attendre et, début octobre, les policiers ont perquisitionné le domicile de deux personnes solidaires puis les ont placées en garde-à-vue, en prétextant la parution d'un article dénonçant la politique immonde de Jean-Philippe Setbon, en charge des rafles et expulsions à Besançon : comme en atteste la « palme des déportations » décernée à la préfecture du Doubs par la CIMADE
(organisme humanitaire qui pourtant veille à l'incarcération « humaine » des migrants en attente d'expulsion).
Alors qu'en plein hiver la mairie chasse les migrants en installant des plots
en béton sur des abris de fortune, des personnes solidaires occupent depuis début décembre un appartement de plus 150 m2 vide depuis sept ans, dans lequel est hébergée toute personne à la rue qui le souhaite, avec ou sans-papiers. Au cours du mois de janvier, un deuxième squat a même été ouvert.
En quête d'un contrôle toujours plus renforcé sur la population, l'État en arrive à instaurer le délit de solidarité. Dans la vallée de la Roya (Alpes-Maritimes), de nombreux habitants sont poursuivis par les appareils répressifs de l'État (police, armée, justice) pour avoir hébergé
ou transporté des migrants. La police aux frontières inspecte les trains en direction et en provenance des États limitrophes (Suisse,
Belgique, Angleterre, Italie) pour débusquer celles et ceux qui s'affranchissent des papiers d'identité et des frontières ; l'armée, dont le
champ d'intervention s'élargit sur l'ensemble du territoire national avec les pérennisations de l'état d'urgence et du plan « vigipirate », est
surtout déployée aux frontières (avec l'Italie notamment) pour leur mener la chasse ; à Calais, l'expulsion de la « jungle » a aussi marqué une étape dans le nettoyage ethnique et social de cette ville qui, à en croire les bourgeois locaux, subit un préjudice économique à cause de ces campements sauvages.
Nous en venons au fait : l'argent importe plus que le sort de milliers
d'êtres humains. Ces mêmes humains qui fuient les catastrophes industriels d'AREVA ou de Total dans leurs pays, ainsi que l'exploitation de leurs
ressources et de leur force de travail au profits des pays plus développés.
La boucle est bouclée.
Nous ne voulons plus nous restreindre à faire du cas par cas, à défendre tel jeune étudiant débouté de sa demande d'asile en France ou telle
famille parce que « avec enfant scolarisé ». Nombreux sont les cas semblables inconnus dont beaucoup de monde se fout. Le climat délétère
instauré par les États et leurs frontières mérite une riposte globale de notre part.

C'est pourquoi nous appelons à manifester :

samedi 4 mars 2017 à 14h place de la Révolution

No Border No Nation, Stop Deportation !

https://cntbesancon.wordpress.com/2017/02/26/besancon-4-mars-manif-contre-toutes-les-frontieres/
Contre les rafles, l'enfermement...

Une date à retenir

fédération anarchiste25 #info
Une date à retenir

Rassemblement lundi 27 février 2017

fédération anarchiste25 #appel

En janvier, Solidaires Etudiant.e.s publiait déjà un communiqué contre la sélection en master. Aujourd'hui, c'est plus que d'actualité : on n'envahit pas un C.A.... par plaisir, on se bat contre l'austérité et l'élitisme!


RASSEMBLEMENT DEVANT LE RECTORAT 

SQUARE CASTAN
LUNDI 27 FÉVRIER - 9H00


CONTRE LA SÉLECTION EN MASTER, CONTRE L'AUSTERITÉ, CONTRE LA RÉPRESSION POLICIÈRE!
POUR UN ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR PUBLIC, GRATUIT, OUVERT A TOU.TE.S ET ÉMANCIPATEUR!

Rassemblement lundi 27 février 2017

Expérimentation en Grèce

fédération anarchiste25 #international

Les anars en rêvent le capitalisme le fait.

Le capitalisme n’aime pas l’argent, du moins le liquide. Le projet qu’il a est de taxer le peuple qui paye en liquide, pour cela il expérimente un nouvel impôt en Grèce. Depuis le 1er janvier les ménages devront justifier une partie de leurs dépenses par carte bancaire sinon il seront sur-imposer

En Grèce, vous avez désormais obligation de payer jusqu’à 20 % de vos revenus en CB sinon c’est une amende de 22 % !

Pour ce qui est du calcul des pénalités voilà l’exemple précis :

  • Pour un revenu de 15 000 €, les dépenses en CB doivent être de 1 750 € au minimum.
  • Pour un revenu de 20 000 €, dépenses en CB 2 500 €.
  • Pour un revenu de 30 000 €, dépenses en CB 4 000 €.
  • Pour un revenu de 50 000 €, dépenses en CB 8 000 €.
  • Pour un revenu de 80 000 €, dépenses en CB 14 000 €.

Calcul de la pénalité :

Pour ce qui est de la pénalité, si la somme des dépenses en CB n’est pas atteinte, le contribuable devra payer 22 % du montant non couvert en impôt.

Exemple : pour un revenu de 30 000 €, dépenses en CB 3 000 € au lieu de 4 000 €, pour cette différence des 1 000 € il paiera un impôt supplémentaire (en plus de son imposition déjà calculée) de 220 €

https://www.franceinter.fr/emissions/meridien-d-europe/meridien-d-europe-21-fevrier-2017

Argument de la Grèce et de la troïka:
Les Grecs sont des fraudeurs.

« Il est injuste de jeter l’opprobre sur l’ensemble de la population grecque. Car environ deux tiers des salariés grecs, notamment les fonctionnaires, et les retraités, ne peuvent échapper à l’impôt car ils sont prélevés à la source. Les évitent beaucoup plus facilement les artisans, les professions libérales ou certaines grosses firmes… » (Franceinfo.fr) l’institution orthodoxe reste « exemptée de nombreuses taxes, dont celle sur la propriété foncière qui touche l’ensemble des Grecs»

http://geopolis.francetvinfo.fr/impots-les-grecs-sont-ils-vraiment-des-fraudeurs-inveteres-70123

Expérimentation en Grèce

Resto-trottoir

fédération anarchiste25 #info

 

Le prochain resto-trottoir aura lieu dimanche 26 février,

à partir de 12 heures 30 place Marulaz à Besançon.
Ce mois-ci, nos agapes végétaliennes seront accompagnées à la guitare par le groupe de Jazz Manouche Swing en Boucle


Et à partir de ce mois-ci, une petite nouveauté, nous faisons la
vaisselle sur place, grâce à nos amis de la spam! Aussi, ne ratez-pas
cet extraordinaire moment de convivialité !

 

A dimanche
Les trottant-es

 

Resto-trottoir

Afficher plus d'articles

<< < 10 20 30 40 50 60 61 62 63 64 65
RSS Contact